mardi, novembre 24

Présidentielle 2020 : Voici comment Alassane Ouattara justifie la légitimité de son 3e mandat

Présidentielle 2020 : Voici comment Alassane Ouattara justifie la légitimité de son 3e mandat

Alassane Ouattara est candidat à sa propre succession pour un 3e mandat à l’élection présidentielle de 2020. Le président ivoirien l’a solennellement annoncé à ses compatriotes, lors de son discours à la Nation, ce 6 août 2020, tout en justifiant son rétropédalage.

Alassane Ouattara évoque un « calendrier très serré » pour justifier sa candidature au 3e mandat

« Je suis donc candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 », a lancé Alassane Ouattara lors de son discours de la veille de l’indépendance, ce jeudi 6 août 2020. Cette décision du Président de la République de Côte d’Ivoire était en effet très attendue après le décès de son Premier ministre et dauphin désigné, Amadou Gon Coulibaly.

Les cadres et autres dignitaires du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) avaient d’ailleurs appelé le chef de leur parti, lors de leur dernier Conseil politique, à se porter candidat.

Le président ivoirien justifie son rétropédalage par le fait que « le calendrier est très serré, à peine trois mois avant l’élection présidentielle ». Aussi, justifie le chef de l’Exécutif : « Les défis auxquels nous sommes confrontés pour le maintien de la paix, la sécurité nationale et sous-régionale, ainsi que la nécessité de juguler la crise sanitaire ; le risque que tous les acquis, après tant d’efforts et de sacrifices consentis par toute la population, soient compromis ; le risque que notre pays recule dans bien des domaines ; tout cela m’amène à reconsidérer ma position. »

Évoquant un « cas de force majeure et par devoir citoyen », le Président Ouattara répond donc favorablement à l’appel de ses concitoyens lui demandant d’être candidat à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020. Mais loin d’être hâtive, le Chef de l’État indique qu’il s’agit d’une décision « mûrement réfléchie ». Voilà pourquoi, par devoir, il « accepte dans l’intérêt supérieur de la Nation ; afin de continuer de mettre, sans relâche, son expérience au service de notre pays ».

Pour ceux qui évoque un non-respect de ses « engagements » et de la « parole donnée », ADO indique qu’il s’agit pour lui d’un « vrai sacrifice » qu’il consent pour « prendre le temps d’achever de préparer la relève », et ce, « par amour pour son pays ».

Par-dessus toutes ces justifications, Alassane Ouattara déclare que la nouvelle Constitution lui autorise bel et bien de se porter candidat pour un mandat supplémentaire après ses deux premiers mandats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *