Bombardement de Bouaké: au procès, des militaires français nient avoir eu les boîtes noires

Au procès du bombardement du camp militaire français de Bouaké, qui avait fait dix morts le 6 novembre 2004, la cour a entendu ce vendredi le général Destremau, ex-commandant du groupement tactique interarmées de Bouaké, et le capitaine Bellamy, chef du détachement basé à Yamoussoukro.Avec notre envoyée spéciale au palais de justice de Paris, Laura […]